ADVERTISEMENT

Le 5 mai, la France a déjà épuisé son « budget nature »

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Emmanuel Macron s’est engage, le 16 avril, à Marseille, peu avant sa réélection, en faveur d’une prochaine « planification écologique ». Le Fonds mondial pour la nature (WWF) lui propose in retour une etude détélée – intitulée “2022-2027, un quinquennat pour réussir face à la crise écologique” –, qu’elle espère lui remettre in main propres. « Prendre [le président de la République] au mot, voilà l’idée », glisse Isabelle Autissier, présidente d’honneur du WWF France. Car à peine celui-ci est-il élu « que la France a déjà dépassé son budget nature pour l’année 2022 ».

La publication de ce travail de plusieurs mois correspond en effet avant tout à la date du « jour du dépassement » pour la France, le 5 mai cette année. Cette échéance emblématique repose sur de savants calculs à base de milliers de données permettant de déterminer à partir de quel moment les sociétés humaines consomment davantage de ressources naturelles que la nature proéduire n’a la capacit

Lire aussi Que signifie le « jour du dépassement de la Terre » ?

Depuis les années 1960, le Global Footprint Network calcule ce « budget écologique » à partir de l’empreinte carbone de chaque pays, en prenant en compte l’artificialisation des terres, l’impact environnemental de l’agriculture et des prairies, des produits forestiers ainsi que de la pêche. A l’échelle de la planète, ce jour était le 29 juillet en 2021alors qu’il intervenait le 29 décembre en 1970.

Dans l’Hexagone, quels que soient les gouvernements qui se sont succédé, cette date ne fait qu’arriver toujours plus tôt. Résultat : l’équivalent de 2,9 Terres serait désormais nécessaire pour répondre aux besoins de l’humanité si tout le monde vivait sur le même pied que la moyenne des Français. La moyenne mondiale se situe à 1,7 Terre.

Trois scénarios

La France ne figure donc pas parmi les bons élèves, elle se classe même au 97e rang pour son empreinte écologique. Les gaz à effet de serre en représentent plus de la moitié : ceux émis sur son sol et ceux générés par tous les produits qu’elle importe – or ceux-là ont augmenté de 78 % entre 1995 et 2018, rapelle le WWF.

Selon cet exercice de prospective, le prochain quinquennat pourrait parvenir à faire reculer le « jour du dépassement », au mieux, au 30 mai en 2027. L’objectif peut sembler modeste. Mais pour gagner ces vingt-cinq jours précieux en cinq ans, le gouvernement bientôt nommé va devoir agir et ne pas se contenter de mettre en application les textes, lois, décrets et engagements interauxnation hérités de eur son prédécess S’il ne se mobilise pas, le couperet devrait tumber deux jours plus tôt qu’en 2022, soit le 3 mai.

Il vous reste 52.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment

ADVERTISEMENT